Littérature française

Affichage de 13–24 sur 909 résultats

  • Françoise BOURDIN

    L’INCONNUE DE PEYROLLES

    POCHE -51% ! 3,50

    Lasse de la vie parisienne, Pascale Fontanel décide de retourner à Peyrolles, dans le Sud-Ouest, où elle a passé son enfance. Son père s’oppose à cette décision. La jeune femme s’y installe pourtant avec la ferme intention d’y reconstruire sa vie. Très vite, des événements viennent bouleverser son retour : les voisins racontent des histoires troublantes liées aux Fontanel, et Pascale découvre dans le grenier un livret de famille caché pour de bonnes raisons.

  • Marion Ruggieri

    PAS CE SOIR, JE DÎNE AVEC MON PÈRE

    POCHE -51% ! 3,00

    Mon père a décidé que son combat d’une vie serait de ne pas mourir. De ne pas mourir, donc de ne pas vieillir. D’arrêter le temps ? Au début, je croyais qu’il était seul atteint. Et puis je me suis aperçue que la génération suivante était pire. Voilà le problème. Les gens ne veulent plus mourir. Alors ils volent la vie de leurs enfants. Ce sont des ogres.

  • Philippe Djian

    ASSASSINS

    POCHE -53% ! 4,00

     » Je travaillais pour un assassin. Cette réflexion prenait toute sa valeur lorsque je me penchais sur la rivière. Je travaillais pour un assassin comme la plupart des habitants de la ville, mais personne ne disait rien. Les fermes concernées s’étalaient sur plusieurs kilomètres en aval. Parfois, on m’attendait avec un panier plein de poissons crevés, ce qui nous faisait gagner du temps. Sinon, j’étais accompagné vers la berge et je devais me pencher sur la rivière car on tenait à me prouver que l’on ne me racontait pas des blagues. C’était pour moi un spectacle particulièrement éprouvant à cette étape de ma vie. « 

  • Gilles LEGARDINIER

    DEMAIN J’ARRÊTE ! – COLLECTOR

    POCHE -50% ! 4,00

    Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides. Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu’elle n’a pourtant jamais vu, obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier… Mais tout cela n’est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu’elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret. Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu’à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons-nous fait le truc le plus idiot de notre vie ?

  • René Depestre

    EROS DANS UN TRAIN CHINOIS

    POCHE -50% ! 3,50

    « Ce divertissement pourrait s’appeler « neuf histoires d’amour ». Le narrateur de ces fictions libertines a assez d’esprit et de malice pour commencer par le récit non d’un fiasco mais d’un échec : la jolie guide qui lui fait parcourir la Chine ne veut rien savoir. Toutes les autres rencontres se terminent à la joie contagieuse des deux participants. Il y a aussi la Haute-Savoie et les sports d’hiver, l’express Paris-Prague, la Yougoslavie, un Japon de rêve, et Cristina, ardente Brésilienne infidèle. La fête de l’érotisme solaire se termine à perte de vie en Haïti, comme il se doit, par le « conte de sorcier », feu d’artifice final.Ces textes débordants d’ivresse de vivre, de rires et de conquêtes sont parallèlement nourris par les problèmes qui secouent notre pauvre univers : racisme, guerres, captivités, terrorismes et autres infamies d’État. »René Depestre.

  • Pascale Gautier

    LES VIEILLES

    POCHE 7,00

    Il y en a une qui prie, une autre qui est en prison, une autre encore qui parle à son chat, et certaines qui regardent les voisines de haut en buvant leur thé infect. Leurs maris ont tous disparu. Elles sont vieilles, certes, mais savent qu’elles pourraient bien rester en vie une ou deux décennies encore, dans ce pays où il n’est plus rare de devenir centenaire. Alors elles passent leur temps chez le coiffeur, à boire et à jouer au Scrabble, à essayer de comprendre comment fonctionne un téléphone, à commenter les faits divers, à critiquer leur progéniture qui ne vient pas assez, à s’offusquer de l’évolution des moeurs… Elles savent que le monde bouge, et qu’elles devraient changer leurs habitudes, mais comment faire, à leur âge ? Aussi, l’arrivée de Nicole, une « jeunesse » qui entame tout juste sa retraite, et l’annonce d’une catastrophe imminente, vont perturber leur quotidien. Ce nouveau roman de Pascale Gautier est irrésistible par sa fraîcheur, sa volonté de prendre avec humour le contre-pied de certaines idées reçues sur la vieillesse. On y retrouve avec délectation la causticité et la liberté de ton qui caractérisent ses précédents textes.

  • Elie Wiesel

    UN DÉSIR FOU DE DANSER

    POCHE -52% ! 3,50

    Doriel vit seul à New York. Victime d’hallucinations, il pense être possédé par un dibbouk, une âme errante. Est-il fou ? Dans le huis clos du cabinet de sa psychanalyste, il traque les fantômes de sa mémoire. Et remonte aux sources de son exil douloureux, hanté par l’Holocauste. Une aventure intérieure portée par la farouche volonté de savoir et la certitude que l’amour peut guérir les blessures de l’âme. Né en Roumanie en 1928, rescapé d’Auschwitz, Élie Wiesel a reçu le prix Nobel de la paix en 1986. Philosophe et écrivain, il est notamment l’auteur du Mendiant de Jérusalem (prix Médicis 1968) et du Testament d’un poète juif assassiné (prix du Livre Inter 1980). Ses ouvrages sont disponibles en Points.  » Une brillante méditation sur la folie, son sens et ses limites. « Le Monde  » La sagesse et la lucidité d’Elie Wiesel débordent de douceur, d’une naïveté acharnée, de la folle tentation de croire encore en l’homme. « Le Figaro

  • Victor Hugo

    L’HOMME QUI RIT

    POCHE -49% ! 3,50

     » Elle regarda, fatale, avec ses yeux d’Aldébaran, rayon visuel mixte, ayant on ne sait quoi de louche et de sidéral. Gwynplaine contemplait cette prunelle bleue et cette prunelle noire, éperdu sous la double fixité de ce regard de ciel et de ce regard d’enfer. Cette femme et cet homme se renvoyaient l’éblouissement sinistre. Ils se fascinaient l’un l’autre, lui par la difformité, elle par la beauté, tous deux par l’horreur. Il se taisait, comme sous un poids impossible à soulever. Elle s’écria : – Tu as de l’esprit. Tu es venu. Tu as su que j’avais été forcée de partir de Londres. Tu m’as suivie. Tu as bien fait. Tu es extraordinaire d’être ici. Une prise de possession réciproque, cela jette une sorte d’éclair. Gwynplaine, confusément averti par une vague crainte sauvage et honnête, recula, mais les ongles roses crispés sur son épaule le tenaient. Quelque chose d’inexorable s’ébauchait. Il était dans l’antre de la femme fauve, homme fauve lui-même. « 

  • Victor Hugo

    NOTRE-DAME DE PARIS

    POCHE -24% ! 3,50

    Sorti du libre élan mystique, le gothique, comme on l’a dit sans le comprendre, est le genre libre. Je dis libre, et non arbitraire. S’il s’en fût tenu au même type, s’il fût resté assujetti par l’harmonie géométrique, il eût péri de langueur. […] Comment compter nos belles églises au xiiie siècle ? Je voulais du moins parler de Notre-Dame de Paris. Mais quelqu’un a marqué ce monument d’une telle griffe de lion, que personne désormais ne se hasardera d’y toucher. C’est sa chose désormais, c’est son fief, c’est le majorat de Quasimodo. Il a bâti, à côté de la vieille cathédrale, une cathédrale de poésie, aussi ferme que les fondements de l’autre, aussi haute que ses tours. Si je regardais cette église, ce serait comme livre d’histoire, comme le grand registre des destinées de la monarchie. […] La grande et lourde église, toute fleurdelysée, appartient à l’histoire plus qu’à la religion. Elle a peu d’élan, peu de ce mouvement d’ascension si frappant dans les églises de Strasbourg et de Cologne. Les bandes longitudinales qui coupent Notre-Dame de Paris arrêtent l’élan ; ce sont plutôt les lignes d’un livre. Cela raconte au lieu de prier. […] Notre-Dame de Paris est l’église de la monarchie ; Notre-Dame de Reims, celle du sacre.Jules Michelet, Histoire de France, iv, 8, « Eclaircissements : la Passion comme principe d’art au Moyen Age » (1833).Présentation et notes par Jacques Seebacher.

  • Honoré de Balzac

    LA PEAU DE CHAGRIN

    BROCHÉ -27% ! 3,00

    Un jeune aristocrate désargenté et désespéré, Raphaël de Valentin, reçoit d’un vieil antiquaire une peau d’onagre miraculeuse et maléfique : elle satisfait tous ses désirs, mais sa superficie, liée par un charme mystérieux à la durée de la vie de son possesseur, rétrécit à chaque souhait exaucé. Raphaël, qui rêvait de conquérir le monde, découvre ainsi, au prix de sa propre existence, que « Vouloir nous brûle et Pouvoir nous détruit ». Seul face à sa mort, dont il peut chaque jour calculer l’échéance, il délaisse la société des hommes, renonce à la jouissance du monde : en vain, même l’amour pur et partagé ne pourra le sauver.Dans le décor très réaliste des années 1830, La Peau de chagrin plonge le lecteur dans un univers proprement fantastique, un univers de l’étrange qui illustre l’une des théories philosophiques fondamentales de l’oeuvre balzacienne : l’énergie vitale.Introduction et notes de Jacques Martineau.

  • Michel Tournier

    VENDREDI OU LES LIMBES DU PACIFIQUE

    BROCHÉ -49% ! 3,50

     » Tous ceux qui m’ont connu, tous sans exception me croient mort. Ma propre conviction que j’existe a contre elle l’unanimité. Quoi que je fasse, je n’empêcherai pas que dans l’esprit de la totalité des hommes, il y a l’image du cadavre de Robinson. Cela suffit – non certes à ma tuer – mais à me repousser aux confins de la vie, dans un lieu suspendu entre ciel et enfers, dans les limbes, en somme… Plus près de la mort qu’aucun autre homme, je suis du même coup plus près des sources mêmes de la sexualité. « 

  • Françoise BOURDIN

    LE TESTAMENT D’ARIANE

    POCHE -51% ! 3,50

    Issue d’une ancienne famille d’exploitants résiniers des Landes, Ariane Nogaro, veuve et sans enfants, décide de mettre de l’ordre dans ses affaires et rédige son testament. Elle ne fréquente guère son frère aîné, un professeur à la retraite, pas plus que sa belle-sœur, le couple n’appréciant guère son originalité et sa manière de vivre. Seule Anne, l’une de ses nièces, a tissé un lien affectueux et complice avec elle. Mariée à un vétérinaire et mère d’un garçon d’une douzaine d’années, la jeune femme mène une vie harmonieuse mais sans fantaisie, entre son travail de comptable à domicile et ses visites hebdomadaires chez sa tante. Jusqu’au jour où Ariane décède subitement… Contre toute attente, c’est Anne qui hérite tous ses biens, dont une grande propriété nichée entre forêt et océan, le berceau des Nogaro. Mais cet événement fait resurgir les jalousies et les rancœurs, et bouleverse l’unité familiale jusqu’ici préservée. Que faire en effet de cette maison qui renferme tant de souvenirs ? La vendre ? Ou au contraire s’y installer, comme Anne le souhaiterait malgré le refus sans appel de son mari ? A-t-elle le droit de mettre son couple en péril et de rompre avec les siens pour un héritage ?

Affichage de 13–24 sur 909 résultats