Littérature francophone

Affichage de 1–12 sur 637 résultats

  • Maxence Fermine

    LA PROBABILITÉ MATHÉMATIQUE DU BONHEUR

    POCHE 3,00
  • Romain Gary

    LA PROMESSE DE L’AUBE

    POCHE 4,50

    « – Tu seras un héros, tu seras général, Gabriele D’Annunzio, Ambassadeur de France – tous ces voyous ne savent pas qui tu es !Je crois que jamais un fils n’a haï sa mère autant que moi, à ce moment-là. Mais, alors que j’essayais de lui expliquer dans un murmure rageur qu’elle me compromettait irrémédiablement aux yeux de l’Armée de l’Air, et que je faisais un nouvel effort pour la pousser derrière le taxi, son visage prit une expression désemparée, ses lèvres se mirent à trembler, et j’entendis une fois de plus la formule intolérable, devenue depuis longtemps classique dans nos rapports : – Alors, tu as honte de ta vieille mère ? »

  • Julie Wolkenstein

    JULIETTE, OU, LA PARESSEUSE

    POCHE 3,50

    La veuve d’un milliardaire américain achète la plume d’une autre pour livrer son passé et confier, à rebours, le secret de ses fuites successives. Sa biographe ressasse une année de fêtes monotones, et mêle à son récit la chronique de ses vingt ans. Au croisement de leurs deux histoires, une imposture : pas de sang, juste de l’encre. Pas de cadavre, mais une confidence à quatre mains, entièrement réversible. Un polar dont l’enjeu n’est pas l’identité de la criminelle, mais de la narratrice.

  • Claudie Gallay

    AVANT L’ÉTÉ

    BROCHÉ 12,00

    Jess a vingt-trois ans et quatre amies de toujours. Pour la fête du Printemps, les cinq filles décident de présenter un défilé de mode : elles vont chiner, coudre et créer des tenues, mais surtout elles vont oser monter sur scène, entrer dans la lumière. Envisager cette audace, c’est déjà changer, or Jess va changer bien plus encore, en quelques mois, notamment au contact de la vieille Madame Barnes – au risque de perdre une amie, au risque de se découvrir, au risque de s’envoler. Un roman de la métamorphose, frais, joyeux et enlevé, plein d’insouciance et de promesses d’avenir.

  • Vincent ENGEL

    LE MIROIR DES ILLUSIONS

    POCHE 4,00

    Genève, 1849. Le jeune Atanasio, tout juste arrivé d’un petit village de Toscane, apprend le décès de son protecteur de toujours, Don Carlo. Le notaire lui remet une lettre cachetée du défunt, accompagnée de cinq portraits : trois femmes, deux hommes. C’est le legs d’un père à celui qui ignorait être son fils. Un legs doublé d’une mission : venger Don Carlo par-delà la mort, en tuant tous ceux et celles qui ont empoisonné son existence.  » Une vendetta addictive ! Une fois commencé, vous ne pourrez plus lâcher ce roman…  » France Inter  » Le Miroir des illusions est aussi séduisant qu’impressionnant.  » Le Soir

  • Monica Sabolo

    CRANS-MONTANA

    BROCHÉ 6,00

    Dans les années 60, à Crans-Montana, une station de ski suisse, des garçons observent, de loin, trois jeunes filles qui les fascinent : les trois C. Chris, Charlie et Claudia. Elles forment une entité parfaite, une sorte de constellation. Claudia, cheveux blonds, hanches menues, sourire enjôleur. Chris, boucles brunes, peau mate, ongles longs comme des griffes. Charlie, cheveux noirs, petits seins, longues jambes. Pour ces garçons elles sont un rêve impossible. Pendant les vacances d’été ou d’hiver, sur les pistes, à la piscine ou dans les night-clubs ils les regardent, sans jamais les aborder. Les années passent. Leur souvenir les poursuivra, comme un amour fantôme.Les voix des garçons, puis des filles déroulent les destinées d’une jeunesse, dorée en apparence, mais qui porte les secrets, les fautes et l’indifférence des générations précédentes. Durant près de trente ans, tous tenteront de toucher du doigt quelque chose de plus grand, l’amour, la vérité, ou simplement le sentiment d’exister. Mais des espoirs romantiques de l’adolescence à l’opulence glacée des années fric, la vie glisse entre leurs doigts.

  • Erik Orsenna

    LONGTEMPS

    POCHE 3,50

    Il était une fois Gabriel, un homme marié et fidèle. Pour fuir les tentations, il se consacrait exclusivement à son métier de paix et de racines : les jardins.Que Dieu soit maudit et tout autant célébré dans les siècles des siècles ! Par jour de grand froid, une passion arrive à notre Gabriel. Elle s’appelle Elisabeth, c’est la plus belle femme du monde.Hélas, deux enfants l’accompagnent et un époux l’attend : commencent le miracle et la douleur de l’adultère durable.Non les frénésies d’une passade, mais trente-cinq ans d’un voyage éperdu à Séville, Gand et Pékin.Voici le portrait de cet animal indomptable et démodé : un sentiment.

  • Jean-Louis Fournier

    LE CV DE DIEU

    POCHE 3,00

    Après avoir créé le ciel, la Terre, les animaux et l’homme, Dieu commença à s’ennuyer. Il lui fallait de l’activité. Il décida de chercher du travail et comme tout un chacun, il rédigea son curriculum vitae…

  • Honoré de Balzac

    LA COUSINE BETTE

    POCHE 3,50

    Lorsque, en 1846, Balzac publie La Cousine Bette, le roman doit constituer avec Le Cousin Pons le diptyque des Parents pauvres, l’unet l’autre accablés d’injures. Mais à la diffé-rence de Pons, qui sera le vieux musicien plein de c?ur, dès l’origine La Cousine Bette devait voir la vieille fille disgraciée se venger de ses douleurs, ce qu’elle fera jusqu’à la ruine des siens.Le premier projet s’est cependant élargi. Non seulement parce que les amours du baron Hulot vieillissant font de La Cousine Bette un roman érotique, et la dénonciation des affairistes dans le Paris de la monarchie de Juillet un roman de l’argent, mais parce que Balzac, renouvelant ses habitudes narratives pour mieux rivaliser avec les feuilletonistes, écrit là un livre d’action – un livre sombre, aussi, et qui n’écarte ni les ressorts ni les rebondissements du roman noir.

  • Didier Van Cauwelaert

    JULES

    POCHE 3,50

    « A trente ans, Alice recouvre la vue. Pour Jules, son chien guide, c’est une catastrophe. Il perd son rôle, son but sur terre. En plus, on les sépare. Alors, il se raccroche à moi. En moins de vingt-quatre heures, ce labrador en déroute me fait perdre mon emploi, mon logement, tous mes repères. Il ne me reste plus qu’une obsession – la sienne : retrouver la jeune femme qui nous a brisé le c?ur. » Entre une miraculée de la chirurgie et un vendeur de macarons, une histoire de renaissance mutuelle et de passion volcanique orchestrée, avec l’énergie du désespoir, par le plus roublard des chiens d’aveugle.  Une adorable histoire d’amour en forme de conte de fées. Héléna Villovitch, Elle Une comédie romantique, réjouissante, pleine de surprises ! Pierre Vavasseur, Le Parisien On aime compter au panthéon des lettres françaises un maître de la  « feel-good fiction », ces romans qui font du bien. Julie Malaure, Le Point

  • Laetitia Colombani

    LA TRESSE

    POCHE 3,50

    Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est réservé et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.Difficile de ne pas être touché par ce très joli récit. Estelle Lenartowicz, Lire.Laetitia Colombani maîtrise à l’évidence l’art de la narration. Florence Bouchy, Le Monde des livres.Un roman dans lequel il y a tout. François Busnel, La Grande Librairie.    Prix Relay des voyageurs.

  • Arnaud LE GUILCHER

    PAS MIEUX

    POCHE 3,50

    Quinze ans après En moins bien, Emma revient… avec le fiston !  » Une tornade d’humour ! Il fait pétiller les mots, rire les phrases, et fondre de tendresse  » Gérard COLLARD – France 5  » Un univers totalement à part, totalement unique…  » Julie BACQUES – France 2  » Doté d’un sens de la formule proprement bluffant, doué d’une imagination kalachnikov, Arnaud Le Guilcher vous fait tourner les pages avec frénésie.  » Patrick Williams – ELLE  » Pour remettre un peu d’ordre dans le chaos, il n’y a pas mieux que Le Guilcher.  » Pierre Vavasseur – Le Parisien / Aujourd’hui en France

Affichage de 1–12 sur 637 résultats