Boutique

7 résultats affichés

  • Victor Hugo

    L’HOMME QUI RIT

    POCHE -49% ! 3,50

     » Elle regarda, fatale, avec ses yeux d’Aldébaran, rayon visuel mixte, ayant on ne sait quoi de louche et de sidéral. Gwynplaine contemplait cette prunelle bleue et cette prunelle noire, éperdu sous la double fixité de ce regard de ciel et de ce regard d’enfer. Cette femme et cet homme se renvoyaient l’éblouissement sinistre. Ils se fascinaient l’un l’autre, lui par la difformité, elle par la beauté, tous deux par l’horreur. Il se taisait, comme sous un poids impossible à soulever. Elle s’écria : – Tu as de l’esprit. Tu es venu. Tu as su que j’avais été forcée de partir de Londres. Tu m’as suivie. Tu as bien fait. Tu es extraordinaire d’être ici. Une prise de possession réciproque, cela jette une sorte d’éclair. Gwynplaine, confusément averti par une vague crainte sauvage et honnête, recula, mais les ongles roses crispés sur son épaule le tenaient. Quelque chose d’inexorable s’ébauchait. Il était dans l’antre de la femme fauve, homme fauve lui-même. « 

  • Victor Hugo

    NOTRE-DAME DE PARIS

    POCHE -24% ! 3,50

    Sorti du libre élan mystique, le gothique, comme on l’a dit sans le comprendre, est le genre libre. Je dis libre, et non arbitraire. S’il s’en fût tenu au même type, s’il fût resté assujetti par l’harmonie géométrique, il eût péri de langueur. […] Comment compter nos belles églises au xiiie siècle ? Je voulais du moins parler de Notre-Dame de Paris. Mais quelqu’un a marqué ce monument d’une telle griffe de lion, que personne désormais ne se hasardera d’y toucher. C’est sa chose désormais, c’est son fief, c’est le majorat de Quasimodo. Il a bâti, à côté de la vieille cathédrale, une cathédrale de poésie, aussi ferme que les fondements de l’autre, aussi haute que ses tours. Si je regardais cette église, ce serait comme livre d’histoire, comme le grand registre des destinées de la monarchie. […] La grande et lourde église, toute fleurdelysée, appartient à l’histoire plus qu’à la religion. Elle a peu d’élan, peu de ce mouvement d’ascension si frappant dans les églises de Strasbourg et de Cologne. Les bandes longitudinales qui coupent Notre-Dame de Paris arrêtent l’élan ; ce sont plutôt les lignes d’un livre. Cela raconte au lieu de prier. […] Notre-Dame de Paris est l’église de la monarchie ; Notre-Dame de Reims, celle du sacre.Jules Michelet, Histoire de France, iv, 8, « Eclaircissements : la Passion comme principe d’art au Moyen Age » (1833).Présentation et notes par Jacques Seebacher.

  • Victor Hugo

    QUATREVINGT-TREIZE

    POCHE -39% ! 3,50

    Dans la Vendée de 1793, trois personnages s’affrontent : l’aristocrate Lantenac, fidèle à son passé, son petit-neveu Gauvain, tourné vers l’avenir généreux de la République, et le conventionnel Cimourdain, plus durement soucieux des exigences présentes de la Révolution et de la Terreur. Dans cette épopée où le romancier mêle la fiction de l’intrigue et la réalité de l’Histoire – Danton, Robespierre et Marat sont au centre du livre -, chacun des trois héros se trouve ainsi guidé par une certaine idée du devoir et de l’honneur. Et chacun sera conduit à une forme d’héroïsme qui n’écarte pas la mort.L’écrivain se refuse donc à trancher, et Quatrevingt-Treize n’est pas un roman à thèse : «Je ne veux ni du crime rouge ni du crime blanc.» Mais la violence où s’achevait l’Ancien Régime était certainement un mal nécessaire, et ce qui s’affirme dans ce livre qui paraît en 1874 et sera le dernier roman de Hugo, c’est une vision de l’Histoire qui garde trace, sans doute, de la Commune récente où une même violence fit retour, mais ne s’interdit pas l’espérance.Edition de Bernard Leuilliot.

  • Victor Hugo

    LA LÉGENDE DES SIÈCLES – LA FIN DE SATAN – DIEU

    RELIÉ -47% ! 26,00

    Exprimer l’humanité dans une espèce d’œuvre cyclique ; la peindre successivement et simultanément sous tous ses aspects, histoire, fable, philosophie, religion, science, lesquels se résument en un seul et immense mouvement d’ascension vers la lumière ; faire apparaître, dans une sorte de miroir sombre et clair – que l’interruption naturelle des travaux terrestres brisera probablement avant qu’il ait la dimension rêvée par l’auteur – cette grande figure une et multiple, lugubre et rayonnante, fatale et sacrée, l’Homme ; voilà de quelle pensée, de quelle ambition, si l’on veut, est sortie La Légende des Siècles.

  • Victor Hugo

    RUY BLAS

    POCHE 2,50

     » … Quel miracle que ta pièce, mon pauvre bien-aimé… jamais je n’avais rien entendu de si magnifique… mon esprit en est encore plus obscurci, comme quand les yeux ont trop longtemps fixé le soleil… « Juliette Drouet. » À propos, Ruy Blas est une énorme bêtise, une infamie en vers… « Balzac. » Quelle brusque et prodigieuse fanfare dans la langue que ces vers de Victor Hugo ! « Zola. » … ou Ruy Blas est une gageure contre le bon sens, ou c’est un acte de folie. « Gustave Planche.

  • Victor Hugo

    LES CONTEMPLATIONS

    POCHE 3,00

    Les Contemplations, que Hugo fait paraître en 1856, sont à un double titre marquées par la distance et la séparation : parce quele proscrit qui, dans Châtiments, vient defustiger Napoléon III, est en exil à Guernesey ;mais aussi parce que le recueil, en son centre, porte la brisure du deuil, et ses deux parties –  » Autrefois « , « Aujourd’hui » –sont séparées par la césure tragique de l’année 1843 où Léopoldine, la fille de Hugo, disparut noyée. La parole poétique prend naissance dans la mort, et  » ce livre « , nous dit l’écrivain,  » doit être lu comme on lirait le livre d’un mort « .Mais Les Contemplations construisent aussi une destinée. Il se peut qu’elle emprunte à la biographie de l’écrivain ; on se tromperait pourtant à la confondre avec la sienne. Car si le lyrisme de Hugo touche à l’universel, c’est que le poète précisément dépouille ici l’écorce individuelle pour atteindre à l’intime : le sien propre et celui du lecteur qui saura ainsi se retrouver dans le miroir que lui tendent ces Mémoires d’une âme.

  • Victor Hugo

    HERNANI

    -40% ! 1,50

    Le Livre de Poche

7 résultats affichés