Littérature étrangère

Affichage de 1–12 sur 634 résultats

  • Lauren WEISBERGER

    L’ART ET LA MANIÈRE DE CONCLURE EN BEAUTÉ

    POCHE -50% ! 4,00

    À 24 ans, Charlie Silver porte bien son nom. Belle, populaire, sympathique, il faut toujours que la championne de tennis chute au pied du podium. Après une blessure et un nouvel échec en finale, elle renvoie sa coach de toujours et la remplace par Todd Feltner, entraîneur star aussi réputé pour ses mauvaises manières que pour sa redoutable efficacité. Ce pacte avec le diable propulse Charlie aux sommets des classements, comme en couverture des magazines people… Et sa relation avec le joueur  » le plus sexy du monde  » est une alliée de taille dans cette quête de la gloire. Mais entre fêtes, tromperies et coups bas, la célébrité n’est pas qu’une partie de plaisir… Jusqu’où Charlie sera-t-elle prête à aller pour être la meilleure ? @ Disponible chez 12-21 L’ÉDITEUR NUMÉRIQUE

  • Lauren WEISBERGER

    LE DIABLE S’HABILLE EN PRADA

    POCHE -48% ! 4,00

    Andrea, journaliste débutante fraîchement débarquée de province, est engagée comme assistante personnelle de la rédactrice en chef de Runway, un grand magazine de mode new-yorkais. Un job prestigieux que tout le monde lui envie… Sauf que le rêve se transforme vite en cauchemar… Andrea se retrouve propulsée du jour au lendemain dans un univers hostile, peuplé de créatures aux langues fourchues et aux silhouettes acérées. Une drôle de secte dont les dieux ont pour noms Prada, Armani ou Versace… Miranda, sa patronne, tyrannique et narcissique, la traite comme bonne à tout faire, corvéable à merci et Andrea se retrouve chargée des « missions » les plus improbables : affréter un jet privé pour expédier le dernier Harry Potter aux enfants de Miranda qui vivent en Europe, localiser LA boutique dont Miranda a oublié le nom, mais où elle a repéré le meuble de ses rêves, faire en sorte que les repas de la diva soient toujours servis à l’exacte température… Alors que la poudre aux yeux se dissipe, Andrea commence à comprendre que « le job pour lequel des millions de filles seraient prêtes à mourir » pourrait bien la tuer, elle !

  • David Lodge

    JEU DE SOCIÉTÉ

    POCHE -59% ! 4,00

    Qu’y-a-t-il de commun entre Vic Wilcox, directeur général de Pringle and Sons, une entreprise de métallurgie anglaise en pleine restructuration, et Robyn Penrose, une jeune universitaire spécialiste des jeux de déconstruction littéraire et plus particulièrement de l’étude sémiologique des « romans industriels » victoriens ? Pas grand-chose en apparence. Mais tout est remis en jeu lorsque Robyn Penrose doit suivre un stage chez Pringle and Sons et devenir « l’ombre » de son directeur dans le cadre de « l’Année de l’Industrie ». Cette confrontation brutale – et cocasse – est un peu celle de la thèse et de l’antithèse, au coeur de Rummidge, cette variante fictive de Birmingham. « L’humour dévaste les pages pourtant bien peignées de ce roman. » (Monique Gehler, L’Evénement du jeudi)

  • Anna Enquist

    LE RETOUR

    BROCHÉ -49% ! 12,00

    Ce livre dévoile la vie de James Cook, le grand explorateur anglais. Au printemps 1775, sa femme Elizabeth a trente-quatre ans. Seule depuis déjà trois ans, elle attend le retour prochain de son époux. Alors qu’elle se prépare à l’accueillir, qu’elle s’imagine à l’aube d’une vie nouvelle, d’une relation conjugale et familiale véritable, l’angoisse l’étreint. Déroulant le fil de sa mémoire, Elizabeth revisite ses longues années de solitude, ses difficultés, ses douleurs, ses drames vécus dans le secret – et s’interroge sur sa capacité à reconstruire une relation si lointaine. Quand James Cook arrive enfin, tout semble d’emblée recomposé, la complicité renaît, l’admiration est intacte, les projets communs multiples, l’avenir s’illumine. Mais, confronté aux mondanités londoniennes, aux jeux d’influence et de pouvoir du monde scientifique de l’époque, l’explorateur ne parvient pas à se libérer de son douloureux besoin de reconnaissance… Très ancré dans la réalité, très documenté sur la société londonienne du XVIIIe siècle, ce livre dépasse de loin les limites du roman historique car il s’inscrit simultanément dans l’intemporel en offrant au lecteur un magnifique portrait de femme, un véritable personnage de fiction à l’incroyable destin.

  • Thomas Mann

    LES BUDDENBROOK : LE DÉCLIN D’UNE FAMILLE

    POCHE -50% ! 5,50

    Les Buddenbrook, premier roman de Thomas Mann, devenu l’un des classiques de la littérature allemande, retrace l’effondrement progressif d’une grande famille de la Hanse au xixe siècle, de Johann, le solide fondateur de la dynastie, à Hanno, le frêle musicien qui s’éteint, quarante ans plus tard, dans un pavillon de la banlieue de Lübeck.Le style, tout en nuances, où l’émotion se teinte de connivence et d’ironie, d’affinités et de détachement, traduit parfaitement la relation que l’auteur entretient avec la réalité et accentue subtilement la transcription du lent processus de décadence.Les Buddenbrook ou le grand livre de la dégénérescence.

  • Ingeborg Bachmann

    TROIS SENTIERS VERS LE LAC

    POCHE -48% ! 4,50

    Ces cinq histoires de femmes viennoises sont autant de récits d’exil. Un grand livre sur le désespoir et la force féminins.

  • Thomas Bernhard

    DES ARBRES À ABATTRE: UNE IRRITATION

    POCHE -55% ! 4,00

    UNE IRRITATION Traduit de l’allemand par Bernard Kreiss Forêt, forêt de haute futaie, des arbres à abattre : Tel est le cri du cœur (et le cri de guerre) que ne peut s’empêcher de pousser le comédien du Burgtheater au cours du dîner artistique donné en son honneur, à l’issue de la première du Canard Sauvage, par les époux Auersberger, représentants on ne peut plus typiques de cette société artistique viennoise que l’auteur-narrateur abhorre et avec laquelle il se flatte d’avoir rompu une bonne fois pour toutes quelque trente ans auparavant. Forêt, forêt de haute futaie, des arbres à abattre : Parole emblématique opposant à une réalité monstrueusement tangible de l’artifice social le rêve d’un état naturel révolu (et peut-être à réinventer), mais aussi formule magique susceptible de calmer la formidable irritation qui gagne le narrateur au contact renouvelé de cette épouvantable société artistique viennoise qu’il s’était juré de fuir à jamais et à laquelle il est bien forcé de constater qu’il n’a pas cessé d’appartenir.

  • Dominique Bona

    STEFAN ZWEIG

    BROCHÉ -41% ! 12,50

    « Il y a un mystère Zweig : j’ai écrit ce livre pour tenter de le percer. Comment un écrivain aussi secret et discret a-t-il été capable d’allumer un feu chez ses créatures romanesques et de le faire partager à ses lecteurs ? Ce sont les origines de ce feu que j’ai cherché à découvrir à travers les péripéties de sa vie. Je suis allée à Vienne et à Salzbourg, dans cette Autriche finissante avec laquelle Zweig a entretenu des rapports si complexes d’amour-haine, puisque ce pays a été sa véritable patrie et la source de tant de souffrances. Je suis allée au Brésil, à Petropolis, haut lieu de son suicide et de son désespoir. Homme de passion, sous son élégance MittelEuropa, c’est un écrivain qui se livre difficilement. Il faut partir à sa recherche, décrypter ses amours et ses amitiés. Ce parfait homme de lettres en apparence est un artiste qu’attire la foudre – les folies d’Amok ou les tabous de la vie des femmes, que celles-ci osent à peine s’avouer à elles-mêmes, leurs voluptés secrètes. Ami de Romain Rolland, d’Emile Verhaeren, de Thomas Mann, de Joseph Roth, tous grands Européens qui croyaient comme lui à la paix, à l’amitié, dans un monde ouvert et concilié, cet écrivain raffiné, choyé par les élites, aurait pu demeurer comme l’archétype d’une civilisation disparue. Son prodige est d’avoir réussi à conquérir aujourd’hui un si vaste public. Loin de rejoindre dans les bibliothèques les auteurs à demi oubliés de son temps, Zweig rayonne. Il continue de séduire. On aime son style, rapide et sûr. Sa compassion, inégalable. Sa sensibilité d’écorché vif. Peut-être aussi les lueurs sombres, les fumées délétères de son ?uvre, qui correspondent si bien à nos angoisses, à nos tourments contemporains. Zweig était lui-même biographe : auteur de livres qui sont des modèles du genre, Marie Stuart ou Marie-Antoinette. C’était pour moi une dette d’écrire à mon tour sa biographie : tenter de rendre vivant cet homme de passion dans une biographie passionnée. »

  • Joseph Roth

    LA MARCHE DE RADETZKY

    BROCHÉ -49% ! 3,50
  • Sofi Oksanen

    LES VACHES DE STALINE

    POCHE -49% ! 4,00

    Deux femmes, une mère et sa fille, dans la Finlande de la fin du XXe siècle. Katariina a tout tenté pour faire oublier ses origines estoniennes et taire les traumatismes de l’ère soviétique. Anna souffre de troubles alimentaires profonds et ne pense qu’à contrôler l’image de son corps. A travers leur douleur et leurs obsessions, c’est le destin tragique de l’Estonie, le pays de sa mère, que Sofi Oksanen évoque. Les « vaches de Staline » : c’est ainsi que les Estoniens déportés appelèrent les chèvres efflanquées qu’ils trouvèrent en Sibérie, dans une sorte de pied de nez à la propagande soviétique qui affirmait que ce régime produisait des vaches exceptionnelles. C’était son premier livre, et tout y était déjà de ce qui allait faire le succès international de l’éblouissant Purge. […] Un très beau roman métaphorique sur la difficulté de se construire quand on est déraciné. Alexis Liebaert, Marianne.

  • Alexander Lernet-holenia

    LE BARON BAGGE

    POCHE -38% ! 3,50

    Au plus fort de l’hiver de 1915, quelque part au sud des Carpates, un détachement de cent vingt cavaliers de l’armée austro-hongroise poursuit très au-delà de ses lignes un ennemi insaisissable. A travers l’immense plaine hongroise, ils franchissent peu à peu les frontières de l’étrange royaume qui n’appartient ni aux vivants ni aux morts, entre rêve et veille. Le baron Bagge, seul survivant du détachement, raconte, vingt ans après, au cours d’un bal à Vienne, l’aventure d’amour et de mort qui a bouleversé sa vie. Publié pour la première fois en 1936, le Baron Bagge est une des dernières chroniques de cavalerie et l’un des grands récits fantastiques de notre siècle. Pour sa manière de situer son récit aux confins de l’amour et de la mort, on a souvent rapproché Lernet-Holenia de Kleist.Né et mort à Vienne (1897-1976), Alexander Lernet-Holenia est un écrivain autrichien que d’aucuns considèrent comme l’un des plus importants du XXe siècle, alors même que son œuvre est quasiment ignorée en France. Aristocrate habsbourgeois, officier de cavalerie, il renonça à la carrière pour se consacrer au voyage et aux lettres. De son œuvre romanesque,

  • Johan Borgen

    LILLELORD

    BROCHÉ -51% ! 11,00

Affichage de 1–12 sur 634 résultats