La Pléiade

Affichage de 25–31 sur 31 résultats

  • Charles Dickens

    NICOLAS NICKLEBY – LIVRES DE NOËL

    RELIÉ -43% ! 35,00

    Nicolas Nickleby appartient, comme on le devinera aisément, à la jeunesse de son auteur. C’est au printemps de 1838, Olivier Twist n’en étant encore qu’à mi-chemin, que Dickens fait paraître la première livraison mensuelle de Nickleby sans avoir le moindre bout de manuscrit d’avance, ni se faire une idée bien claire – si ce n’est pour le point de départ – du second des deux considérables romans qu’il va mener de front.
    Les contes qui terminent ce volume s’échelonnent de 1843 à 1848 et nous retrouvons en eux ceux que nous lisions dans notre enfance, habillés de rouge par Hachette, sous le titre de Contes de Noël.

  • René Descartes

    OEUVRES ET LETTRES

    IMITATION CUIR -40% ! 29,90

    Descartes (1596-1650), auteur d’une méthode à modèle mathématique, apprend que les athées admettent cette seule certitude (M. de Nassau mourant, repris dans Dom Juan : je crois que 2 + 2 = 4). Or sans Dieu, même l’évidence peut être trompeuse. Pensant le doute, je suis, mais imparfait : mon idée d’absolue perfection vient de l’Être infini et parfait. Créées par Dieu, les vérités mathématiques structurent et le monde et la raison. On peut ainsi déduire tous les états de la matière, y compris les vivants. Corps et esprit en « un seul tout », l’homme subit et domine les passions, avec la générosité, bon usage de la liberté.

  • Daniel Defoe

    ROBINSON CRUSOÉ – ROMANS, TOME 1

    RELIÉ -38% ! 35,00

    Daniel Defoe (1660-1731) n’est guère connu en France que par Robinson Crusoé, alors qu’il est l’auteur de plus de cinq cents œuvres, dont une dizaine constituent l’acte de naissance du roman anglais, sinon du roman tout court. Roxana, Moll Flanders, le Journal de l’année de la peste sont sans doute les premiers exemples d’un effort conscient pour transformer une relation minutieuse de la réalité en une œuvre d’art. La dimension artistique de celle-ci réside précisément dans la nature particulière du regard porté par l’auteur, qui prétend s’effacer derrière les données brutes qui auraient été portées à sa connaissance. Si Robinson Crusoé fit un triomphe chez les enfants, c’est que Defoe fit de son héros un des grands personnages mythiques du monde moderne.

  • Daniel Defoe

    MOLL FLANDERS – ROMANS, TOME 2

    RELIÉ -36% ! 35,00

    Daniel Defoe (1660-1731) n’est guère connu en France que par Robinson Crusoé, alors qu’il est l’auteur de plus de cinq cents œuvres, dont une dizaine constituent l’acte de naissance du roman anglais, sinon du roman tout court. Roxana, Moll Flanders, le Journal de l’année de la peste sont sans doute les premiers exemples d’un effort conscient pour transformer une relation minutieuse de la réalité en une œuvre d’art. La dimension artistique de celle-ci réside précisément dans la nature particulière du regard porté par l’auteur, qui prétend s’effacer derrière les données brutes qui auraient été portées à sa connaissance. Si Robinson Crusoé fit un triomphe chez les enfants, c’est que Defoe fit de son héros un des grands personnages mythiques du monde moderne.

  • Dante Alighieri

    OEUVRES COMPLÈTES

    RELIÉ -50% ! 35,00

    Œuvres italiennes : Vie nouvelle – Rimes – Banquet. Œuvres latines : De l’éloquence en langue vulgaire – Monarchie – Épîtres – Églogues – Querelle de l’eau et de la terre. Divine Comédie : L’Enfer – Purgatoire – Paradis.

  • Miguel de Cervantes

    DON QUICHOTTE – NOUVELLES EXEMPLAIRES

    RELIÉ -71% ! 15,00
  • Bossuet

    OEUVRES

    RELIÉ -44% ! 33,00

    Jacques Bénigne Bossuet (1627-1704) aurait pu incarner l’homme de cour de Baltasar Gracián : incertain dans ses amitiés, habile à n’être d’aucun parti, rassasié des choses de ce monde au point d’en mesurer la vanité. Mais il est un temps pour tout, « un temps de poursuivre un rêve ou de se l’interdire ». À la passion des hommes, Bossuet préféra celle de Dieu. Il mit à ce service une rhétorique fougueuse et dramatique. Ouvrant un tombeau devant la cour, il fit basculer la fête baroque de la mort dans l’ordre du sacré. Ses leçons de ténèbres disent à l’homme que sa fragilité est cernée d’infini, que ses œoeuvres doivent tout au caprice divin et que son salut passe par son anéantissement.

Affichage de 25–31 sur 31 résultats